Vision stratégique : Tous pour un, un pour tous !

Vision stratégique : Tous pour un, un pour tous !

D’après une célèbre étude menée par Kouzes et Posner en 2009, la qualité que les salariés admirent le plus chez leur leader est l’honnêteté. Or c’est exactement la même qualité que les salariés admirent en priorité chez leurs collègues. Autrement dit, l’honnêteté est sans doute le bien le plus rare qui soit en entreprise. Plus intéressant pour les leaders, la deuxième qualité que les salariés admirent le plus chez eux est leur capacité à avoir une vision, et cette seconde qualité est, à l’inverse, celle qui les différencie le plus de ce que l’on admire chez les autres salariés. Comment faire dès lors pour développer sa vision stratégique qu’on soit dirigeant d’entreprise ou simple chef d’équipe ? Beaucoup de livres de management ont été écrits sur le sujet, mais faisons un écart par la littérature, et l’histoire d’un jeune ambitieux qui veut devenir mousquetaire en particulier, pour tenter de répondre à cette question :

« — Porthos, dit Aramis, Athos t’a déjà prévenu que tu étais un niais, et je me range de son avis. D’Artagnan, tu es un grand homme, et quand tu seras à la place de M. de Tréville, je te demande ta protection pour me faire avoir une abbaye.

— Ah çà ! je m’y perds, dit Porthos ; vous approuvez ce que d’Artagnan vient de faire ?

— Je le crois pardieu bien, dit Athos ; non-seulement j’approuve ce qu’il vient de faire, mais encore je l’en félicite.

— Et maintenant, messieurs, dit d’Artagnan sans se donner la peine d’expliquer sa conduite à Porthos, tous pour un, un pour tous ; c’est notre devise, n’est-ce pas ?

— Cependant, dit Porthos.

— Étends la main et jure ! s’écrièrent à la fois Athos et Aramis.

Vaincu par l’exemple, maugréant tout bas, Porthos étendit la main, et les quatre amis répétèrent d’une seule voix la formule dictée par d’Artagnan :

« Tous pour un, un pour tous. »

— C’est bien ; que chacun se retire maintenant chez soi, dit d’Artagnan, comme s’il n’avait fait autre chose que de commander toute sa vie ; et attention, car à partir de ce moment nous voilà aux prises avec le cardinal »

Résumons la situation. D’Artagnan, un jeune Gascon à peine sorti de l’adolescence vient de prendre le leadership en quelques semaines sur trois vaillants et expérimentés mousquetaires, les soldats d’élite du Roi de France. Comment s’y est il pris ?

1ère étape : Donnez du sens à l’action de vos collaborateurs

Plus en amont dans le même chapitre, d’Artagnan commence par donner du sens à l’action de chacun. Il leur promet de l’argent, des aventures. Mais surtout il donne un but supérieur à leur action commune : le destin de la France et de la Reine en particulier. Il rappelle aussi à ses amis quel est leur ennemi en commun: le Cardinal de Richelieu, l’ennemi historique des mousquetaires : « car notre véritable, notre seul éternel ennemi, messieurs, c’est le cardinal, et si nous pouvions trouver moyen de lui jouer quelque tour bien cruel, j’avoue que j’y engagerais volontiers ma tête ». Pour donner du sens à l’action, il faut fixer un but commun. Pour le faire rapidement, il est sans doute dangereux mais toujours efficace de savoir rappeler opportunément les ennemis que l’on a en commun.

2ème étape : Fédérez vos équipes autour de votre vision

Dans le cours de leadership que l’on enseigne aux étudiants d’HEC Paris, on leur apprend à regarder les organisations à partir de trois axes: la structure, la culture et le pouvoir. Ici d’Artagnan organise très rapidement la structure de son équipe : chacun comprend sa place au sein du groupe, sait ce qu’il a à faire et comment le faire. Il comprend très vite les codes des mousquetaires qu’il n’a rejoint que depuis quelques semaines, il se fond au sein de la culture commune. Il comprend aussi très vite quelles sont les forces et les faiblesses, les sources de motivations de chacun des mousquetaires : les femmes pour Aramis, la bonne chaire pour Porthos et l’honneur pour Athos.      

3ème étape : Mettez en œuvre des actions précises pour la concrétisation de votre vision.

La célèbre devise « Tous pour un, un pour tous » n’apparaît qu’une seule fois dans l’ensemble de l’ouvrage de Dumas. Elle est pourtant devenue universellement connue et c’est sans doute parce qu’elle incarne mieux que tout autre discours ou fait d’armes les valeurs des mousquetaires, ce qui les réunit. Pour faire adhérer vos équipes autour de votre vision, il faut mettre en œuvre des actions concrètes en terme de structure (qui fait quoi), de culture (les normes et les symboles au sein du groupe) et de relations de pouvoirs (quelles sont les forces et les faiblesses de chacun et les alliances au sein du groupe). La valeur n’attendant pas le nombre des années, d’Artagnan trouve la meilleure devise qui soit pour faire adhérer les trois mousquetaires à son projet: « Tous pour un, un pour tous ».

Laisser un commentaire

Fermer le menu